lundi 8 juillet 2013

Les arbres de Biscuitant

Entre la DTT et la danse-voltige, Les arbres de Biscuitant, sous forme de photos mises en video, racontent l'entrelacs de deux cycles naturels. Quatre arbres, quatre fois une minute à regarder séparément ou bien la boucle des quatre avec leur ordre de création:

http://youtu.be/qBdCofXdjcY

mercredi 14 décembre 2011

voici du ciel dans la terre en ligne:
http://youtu.be/lkys0VORN6M
Performance à ZEsT, Zone d'Expressions Temporaires, avec Patrick Mellé, costume du Cri de la lotte, Crystel Canet. Octobre 2011. Prise en une fois, 16 mn sans montage, merci à Mireille, complice en video-danse!

LA DERNIÈRE DE L’ANNÉE: le 18 déc
JAMS de contact-improvisation
avec musiciens improvisateurs
au Centre d'Animation Bordeaux-Sud de 16h à 19h
Tram C arrêt Carles Vernet. Puis suivre la dir° crèche Carles Vernet. Le centre est à 150m, ancienne école maternelle.
les dimanches 18 décembre 2011, 29 janvier, 26 février, 25 mars, 29 avril, 20 mai 2012
Ces jams offrent un espace de rencontre musique-danse, dans le seul but de partager un mouvement qui a la même origine!
Chacun est autonome et déploie sa musicalité, danseur et musicien.

et chaque dernier w-e du mois également:
FORMATION de Danse Tout Terrain et Danse-voltige
28 et 29 janvier 2012 de 10h à 13h - de 14h à 16h
au Centre d'Animation Bordeaux-Sud avec Julia Taquet
et à St-Germain-du-Puch (33750)
PAF
Une adhésion annuelle de 19 € (Centre d’animation & Antre2)
Les prix oscillent entre 60 et 90 € pour les stages
Les Jams sont gratuites
CONTACT assoantre2@gmail.com

mercredi 21 septembre 2011

Lien pour site Antre2

Pour un accès direct au site Antre2, cliquez sur la photo du profil, puis sur page web. ou bien sur ce lien: http://ch.vidalenc.free.fr/Antre2/web.me.com/antre2/Site/Accueil.html

mardi 20 septembre 2011

La Danse Tout Terrain

La danse contemporaine tout terrain a pour moi des qualités de vie, d'existence, de spontanéité qu'on ne trouve pas facilement ailleurs, dans la vie courante. La pratique laisse des empreintes dans le corps et dans la conscience qu'on n'oublie pas, qu'on retrouve au premier geste ou au premier pas.

Elle ne peut s'exprimer facilement à partir de rien. Il faut une préparation préalable à travers la danse contemporaine, la méditation, les arts martiaux, la musique, le rythme, le geste artistique en général.

L'improvisation dans un contexte de terrain inattendu complète le geste chorégraphique qui a aussi un sens, et qui peut la précéder. La DTT est une voie possible après la chorégraphie, ou avant. Bruit des pas sur la grève, soufflerie, chant de la rue, Likke Li, Pablo Picasso,Karin Waehner,...

Le terrain, ou plutôt le territoire de la danse, s'offre à l'exploration, au toucher, à la sensation de relief, au parcours vers le haut, vers le bas, au fond d'un fossé, sur la branche d'un arbre, sur une façade rocheuse, en balancement, en immersion, en plongée.

Peut-être que l'une des meilleures représentations est celle de l'image de la deuxième rencontre dansée (RD2) où une danseuse s'appuie sur Julia au dessus d'un sol sur lequel apparaissent les ombres des barreaux d'une fenêtre éclairée par le soleil. DTT comme une sortie de prison, sortie
peut-être éprouvante mais en tout cas pleine d'espérance. Un vent de liberté retrouvée souffle sur cette image.

Mais "Tout Terrain" signifie encore plus le fait que cette danse s'exerce sur le terrain mental, le mien, le tien, le sien, le leur, le vôtre, qui est souvent perturbé par l'existence. Ce territoire est malléable, davantage que le corps ou parfois moins. Il se souvient de ce geste qui guérit parfois, qui enrichit en tout cas.

Jean-Louis
le 19 septembre 2011

mercredi 2 mars 2011

RD2: un voyage détonnant avec la Cie des Tordus

RD2 eu lieu le 10 février 2011, toujours au Centre d'animation Bdx-Sud, avec cette fois un pianiste acrobate, Patrick Mellé, un écrivain tout terrain, Christian Lippinois, une danseuse effarouchée, une maman sortie du nid, notre musicien de RD1, Gilles Sarrion, une actrice-danseuse, une gestalt-thérapeute, et toujours la chorégraphe, Julia Taquet, Romy Magali Richard les danseurs touchés par un désavantage moteur, la monitrice éducatrice, Cyrille Radocchia, l'aide monitrice éducatrice, Sonia et sa caméra.
Cette fois les voyageurs ont écrit leur récit:

Vécu lors du solo:
d'abord, je n'étais pas vraiment prête à y aller, mais l'envie était là. J'avais peur, j'étais impressionnée. alors pour cacher ce tremblement, j'en ai fait ma danse, en essayant de rendre vivant et animé tout mon corps, du bouts des doigts, du bout des pieds jusqu'à ma tête! finalement je me suis sentie comme un canard qui sort de l'eau et qui secoue ses plumes!!!!! un mouvement de ma peau et de mes muscles superficiels comme pour me débarrasser des tensions et offrir un peu de moi!

voilà

Violaine


Texte poétique rendant compte du vécu lors du duo dos à dos
mon dos contre son dos
nous [‛„“] cherchons des
fragments verbaux
circulent d'un corps à l'autre
fragmentation du sonore qui
installe la danse dans ses blancs
libération des énergies [ό≡]
la bulle de sons
[‰]
mon dos contre son dos
nous cherchons
l'ébullition [ό‰]
nos crânes se touchent
[presser [ΘΘ] fond à fond]
échangeons d'os à os
des éclats de tons
tempe à tempe [ΞΞ]
poussée des sangs
nous cherchons
[ό‰][ξ]
blanc de son : ce qui reste quand
le son s'est tu : un être-là sonné [░]
le blanc gagne
voltige [ζ] tourbillonne [ξ]
l'appel du vide l'envol
peur [↔] envie
en vie tout simplement
[ζ] [ξ]
le corps livre ses mots
ses inter-dits
faire vibrer l'entre-deux
plomber les voyelles
la danse s'épaissit [▓]
se fait matière
nous cherchons
[ξ] [□]
quand deux ne font plus qu'un
où va l'entre [?]
il entre en être [▒]
corps radiants, mots suspendus
évidé le geste tombe dans
les couches archaïques de
la danse [◘]
traversés par un manque
nous cherchons
l'évid◘nce

C. L.
février 2011

Martignas sur jalle le 02.03.2011

Bonjour à vous,

Après un échange téléphonique riche de propos « habités » avec Julia, je me mobilise pour tenter une mise en écrit de cet inoubliable après-midi ensoleillé du 10.02.2011

Je me sens nourrie, portée. Peut-être plus que cela encore, je me sens trans-formée, trans-figurée, ré-organisée, riche de quelques notes jouées par chacun et chacune.

Ici une voix,

Là un geste,

Ici un regard,

Là une sonorité musicale,

Ici une senteur,

Là une couleur,

Ca m’appartient ? Ça appartient à l’autre ? Aux autres ? Atmosphère ? Atmosphère ? Atmosphère libératrice d’expressions corporelles dansées. Rencontre à cet endroit indéfini entre le monde de l’autre, des autres, du mien. Je ne sais pas, je ne sais plus. Mes aprioris se dissipent, mes appréhensions lèvent le camp, la sensation de sécurité s’installe. Où sont les limites du possible?

L’impensable advient à l’occasion de cette danse à trois corps, à six pieds, à quinze doigts dévoilée par Julia, Magali et moi-même. Mais oui ! Ça tient debout ! Comment ? Par où ? L’édifice est unique, « trois » deviennent « un ».

Chaque inspire, chaque expire, me rapproche de l’infini, du renouveau permanent. Je bascule, je suis traversée par des vocalises, par une musique de plus en plus puissante, par un rayon de lumière ; à la fois réceptrice et émettrice. Je suis « forme » en mouvement, à la limite de l’appel du gouffre entre folie créatrice et conscience unifiée. Je crée l’espace, l’espace me crée, j’appartiens au monde de l’existant autant que j’existe.


Geneviève

Retours oraux transcrits le 17 février au Centre d'activités de la Cie des Tordus
"J'ai vraiment été saisie par le renversement lorsque, à l'échauffement, tous les valides étaient allongés et les personnes handicapées debout, soutenus par d'autres danseurs" Margaux la journaliste

"Levée du soleil.
L'inexorable force de la montagne" moi à propos du solo de Magali

"J'ai aimé danser et chanter ensemble (en même temps)
Le trio c'était bien. Beaucoup aimé. Il m'a portée" Magali

"Parcours sur le corps.
Romy et Gilles dansent avec les mains, se tirent s'étirent se répondent"
Cyrille à propos du trio Gilles - Magali - Romy

"Dés l'instant qu'ils commencent à danser, ils sont justes
Ce sont des catalyseurs" Patrick le pianiste à propos de la Cie des Tordus

"Je suis arrivée en fin de tous les soli.
Je sentais qqch derrière moi, je me suis retournée et vous étiez tous derrière moi!
Il y a qqch qui m'échappe...

Les sons les gestes à l'extérieur m'ont guidée.
Est-ce que ça vient aiguiser un état de présence?

Vivre et regarder un solo, c'est une autre étape!
C'est comme une marche personnelle, en trio ça peut se diluer, en solo c'est plus direct."
Cyrille

"La RD1, c'était bien. Je ne voulais plus partir du Centre d'animation!" Richard

Poème retour de voyage RD2
14 février 2011 22h30

Grand blanc
Je me prête
J’écoute le plaisir
Je pâlis dans l’attente
Grand blanc
Le cru de l’offrande
Boudée rapiécée
L’invocation du présent
Noir
Réponse déjà vue
Déjà nue
Je m‘arcboute
Noir
Je trouve je crie
Je cerne je délie
Les entrelacs dévastés
Blanc dans l’instant
La cible est entre les cibles
Invisible

Julia

Rencontre Dansée de la Cie des Tordus, RD1




Rencontre dansée de la Cie des Tordus, RD1.
C'est la première de 2011, elle a eu lieu le 27 janvier avec les élèves du Lycée des métiers de Cenon (33). 40 personnes dont 4 en fauteuil électrique partagent la danse-contact ce jour-là!
Merci au Centre d'animation Bordeaux-Sud de nous accueillir, merci à Christine Marchand sa directrice musicienne...



Messages les plus consultés